Accueil » Billets scientifiques » Les médias sociaux au service de la santé

Les médias sociaux au service de la santé

 

Pour augmenter leur visibilité, de plus en plus d’ONG du secteur de la santé intègrent les médias sociaux dans leur stratégie de communication. Mais lesquels choisir, quelle utilisation en faire, à quelles fins et avec quels résultats ? Deux organismes, La Société canadienne du cancer et Acti-Menu, proposent des stratégies d’utilisation distinctes.

Bien qu'il s'agisse du plus vieil organisme en cancer au pays, la Société canadienne du cancer (SCC) est encore assez méconnue. Le cancer constitue également une problématique urgente, avec 56 décès par jour au Québec. La SCC voit ainsi les médias sociaux comme un nouveau moyen pour sensibiliser la population et l’inciter à s’engager et à agir. Elle utilise donc ces derniers afin de se positionner au cœur de la conversation sur le «cancer», de passer de la notion de notoriété à celle de familiarité et de mettre le cancer sur l’agenda politique. Pour ce faire, elle mise sur trois plateformes : Facebook, Twitter et YouTube.

Selon le Directeur des Affaires publiques de la SCC au Québec, Marc Drolet, chacun de ces réseaux possède des avantages distincts. Le secret de la réussite, selon lui, est de lier ces trois plateformes, et de miser sur leur connectivité et leur interactivité afin de rejoindre et de relier un auditoire plus large et plus varié. Le compte Facebook est celui qui rejoint le public le plus large. Il est utilisé pour recruter des fans, promouvoir les campagnes et les événements, effectuer des levées de fonds et instaurer un véritable dialogue avec les membres. Ces campagnes sont également diffusées via YouTube, ce site étant de plus en plus utilisé, notamment par les jeunes, comme une source d’information sur toutes sortes de sujets. Enfin, Twitter, qui est mobilisé en appui aux deux autres plateformes, permet de rejoindre un public largement composé de professionnels, et donc de plusieurs personnes influentes. L’utilisation des réseaux sociaux, et notamment de Twitter, facilite ainsi une communication instantanée, génère des réactions rapides et permet la diffusion d’un contenu changeant plus rapidement que sur le site Web de la SCC. Il est également important de relier ce dernier aux médias sociaux que l’on mobilise, souligne M. Drolet.

Afin de mettre en branle cette stratégie, la SCC a engagé une personne ressource qui consacre environ deux heures par jour, cinq jours par semaine, à l'animation des réseaux sociaux.

Pour plus d'information sur la stratégie de la Société canadienne du cancer en lien avec les médias sociaux, vous pouvez consulter la présentation suivante, disponible sur le site SlideShare du GRMS : http://www.slideshare.net/secret/b2R2j5MdueCCXq.

————————————————————————————————————————————————————-

Spécialisé dans la promotion de la santé et dans la prévention des maladies, Acti-Menu propose des programmes amenant les individus à prendre en charge leur santé. Afin d'attirer plus de visiteurs sur leur site Web, et ainsi mousser les inscriptions aux différents programmes, Acti-Menu a recours aux médias sociaux, et plus particulièrement à la plateforme Facebook, sur laquelle l’organisme a décidé de centrer ses efforts. Selon le chef des communications chez Acti-Menu, Sébastien Fassier, cette stratégie permet d’éviter à l’organisme d’en faire trop, ou d’aller trop vite.

Acti-Menu a donc créé des fanpages pour les programmes santé destinés au grand public : Défi Santé 5/30 Équilibre, Défi J’arrête, j’y gagne ! et Famille sans fumée. La fanpage est une fonction de Facebook qui se démarque de la fonction groupe, notamment par sa simplicité, par sa fonction statistique et par le rayonnement qu’elle procure. Le marquage de vidéos et d’albums photo, de même que l’intégration du bouton « J’aime» sur les différentes pages, sont des options de Facebook qui permettent une bonne visibilité à l’organisme. En effet, lorsqu’un individu signale qu’il aime telle ou telle campagne, il ne contribue pas seulement à la faire connaître à ses amis, mais il montre également qu’il adhère à celle-ci. Facebook permet ainsi de s’appuyer sur les réseaux interpersonnels, qui jouent un rôle important dans l’adoption des attitudes et des comportements.

En ce qui concerne les facteurs de réussite, M. Fassier souligne l’importance de la planification et du leadership. Il signale également que la mobilisation des réseaux personnels des employés peut être une bonne stratégie de départ.

Pour plus d'information sur la stratégie d'Acti-Menu en lien avec les médias sociaux, vous pouvez consulter la présentation suivante, disponible sur le site SlideShare du GRMS: http://www.slideshare.net/secret/DUBE3m424AJztF.

À propos Elisabeth Brisset des Nos

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*