Accueil » Analyses de l'internet santé » Les technologies de l’e-santé : quelles conclusions tirer des résultats de recherche ?

Les technologies de l’e-santé : quelles conclusions tirer des résultats de recherche ?

Plusieurs pays ont engagé des sommes importantes dans le développement et l’implantation des technologies de l’e-santé (le dossier informatisé, l’archivage électronique, les prescriptions électroniques, les systèmes informatisés d’aide à la décision, les systèmes pour favoriser les soins à distance, etc.). Ces dépenses sont engagées dans le but d’améliorer la qualité et la sécurité des soins de santé. Toutefois, selon une étude britannique de Black et collègues (2011) s’appuyant sur une analyse des revues systématiques publiées dans la littérature anglophone de 1997 à 2010, les données probantes mettant en évidence l’efficacité de l’implantation de ces technologies sont manquantes et inconstantes. Peu de données permettent notamment de démontrer les bénéfices en termes de coûts de ces implantations, alors que ceux-ci sont souvent mis de l’avant par les politiciens. De plus amples recherches seraient aussi nécessaires pour mettre en lumière les bienfaits de l’utilisation des technologies de l’e-santé au niveau des patients.

Les auteurs soulignent notamment les limites des méthodologies employées dans les études d’évaluation de l’implantation des e-technologies, celles-ci mettant l’accent sur les bénéfices au détriment des risques et des coûts pouvant y être rattachés. Les auteurs recommandent l’adoption de méthodes d’évaluation plus rigoureuses, qui pourraient faire appel à de nouveaux outils. D’autre part, les contextes où sont réalisées les implantations (cliniques et centres d’excellence en milieu académique) ne sont pas nécessairement représentatifs des milieux qui recevront les nouvelles technologies. Ces milieux sont aussi caractérisés par un personnel pouvant plus facilement s’approprier ces technologies nouvellement implantées. Des leçons peuvent être tirées de ces expériences, mais, selon les auteurs, cela ne veut pas dire qu’une transposition des pratiques d’un milieu à un autre soit possible.

Les auteurs insistent par ailleurs sur l’importance de tenir compte des facteurs humains qui jouent un rôle important dans le succès ou l’échec d’une implantation, puisque ce sont les individus qui adopteront, ou non, les nouveaux moyens d’intervention mis en place. Le niveau organisationnel est aussi déterminant dans l’organisation stratégique du déploiement puisque cela influe ensuite sur l’adoption de la part des individus. Une plus grande attention a été portée récemment aux aspects sociotechniques dans les recherches, cependant, beaucoup reste à faire.

Une plus grande collaboration de différentes disciplines dans l’évaluation serait notamment souhaitable.

Black AD, Car J, Pagliari C, Anandan C, Cresswell K, et al. (2011) The Impact of eHealth on the Quality and Safety of Health Care: A Systematic Overview. PLoS Med 8 (1) : e1000387. doi:10.1371/journal.pmed.1000387.

 

À propos Élise Ducharme

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*