Accueil » Billets scientifiques » #Acfasalimado2017 | L’influence parentale en alimentation abordée en entrevues individuelles par de jeunes Québécois de 12-14 ans

#Acfasalimado2017 | L’influence parentale en alimentation abordée en entrevues individuelles par de jeunes Québécois de 12-14 ans

Lors du colloque « Qu’est-ce qu’ils mangent? Construction des pratiques alimentaires à l’adolescence », événement réalisé en mai 2017, dans le cadre du 85e Congrès de l’ACFAS, la chercheuse Marie Marquis de l’Université de Montréal a présenté les résultats de recherche issus de deux mémoires de maîtrise en nutrition. Ces travaux portent particulièrement sur l’influence qu'exercent les amis et la famille sur les comportements alimentaires des jeunes de 12 à 14 ans. Au total, 50 entrevues ont été réalisées afin de comprendre les motivations de la consommation alimentaire chez les jeunes et de mettre en relief les résultats obtenus selon les variables individuelles, sociales, environnementales et sociétales.

Les résultats sont présentés en quatre temps : la division des rôles, le rôle modèle, les pratiques alimentaires parentales et la structure familiale.

La recherche explore la planification des repas, les achats en épicerie, la préparation des boîtes à lunch à la maison, parmi d’autres aspects concernant les habitudes de consommation alimentaire. Quelques éléments ressortent des résultats, comme la place centrale de la mère dans la consommation des aliments à la maison. Peu d’éléments concernant les familles élargies et la participation des grands parents dans les pratiques alimentaires du foyer émergent des résultats, ce qui peut constituer une piste de recherche à explorer, selon la chercheuse. D’autres éléments, comme les divergences dans les pratiques alimentaires et l’appropriation des responsabilités, qui se développent après la séparation des parents, apparaissent comme un défi dans la réorganisation familiale. En décrivant le rôle des parents et des amis dans les pratiques alimentaires des jeunes interviewés, la chercheuse affirme qu’il y a des normes sociales pour le souper, où le repas est contrôlé par les parents, et des normes sociales pour les collations, où les amis exercent de l’influence sur ce que les jeunes mangent.

 

Veuillez écouter la capsule vidéo de cette communication sur notre chaine YouTube.


Consultez aussi les diapositives utilisées lors de cette communication.


Recherche réalisée par : Marie Marquis (Université de Montréal), Caroline Lebel (Université de Montréal), Ariane Allaire (Université de Montréal), Marie-Claude Paquette (Institut national de santé publique du Québec), Suzanne Laberge (Université de Montréal), Françoise-Romaine Ouellette (Institut national de la recherche scientifique), Gérald Baril (Institut national de santé publique du Québec)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*