Accueil » Événements » Évènements passés » 2016-2017 » Compte rendu de séminaire – Questionpourunpharmacien.com, ou comment marier télé-santé, «patient empowerment» et promotion de l’expertise du pharmacien sur Internet

Compte rendu de séminaire – Questionpourunpharmacien.com, ou comment marier télé-santé, «patient empowerment» et promotion de l’expertise du pharmacien sur Internet

Résumé
Malgré l’omniprésence des pharmacies et l’extraordinaire accessibilité à un professionnel de la santé que celles-ci procurent, plusieurs patients se tournent quotidiennement vers Internet pour y poser leurs questions. Ce phénomène, historiquement jugé comme problématique par la majorité des professionnels, crée un nombre considérable d’occasions d’intervention à qui sait les saisir. En période de grands changements au niveau de son mode de rémunération et des actes qu’il peut accomplir, le pharmacien pourrait bien être celui qui aura su tirer profit du phénomène de la consultation de l’« Internet santé » par les patients. Avec l’appui d’un réseau social misant sur la proximité, le professionnalisme et sur des technologies bien connues des patients, les #pharmaciensdegarde de Question pour un pharmacien partent à la conquête du monde. Leurs missions : protéger le public de la désinformation en santé sur Internet et assurer la place du pharmacien dans la prise en charge du patient de demain.

Conférencier
Alexandre Chagnon
, pharmacien au centre hospitalier de Granby et fondateur du site questionpourunpharmacien.com 

 

Synthèse de la présentation et des échanges

La présentation de M. Alexandre Chagnon a principalement porté sur les points suivants :

Bien qu’ils puissent consulter facilement un pharmacien dans une pharmacie près de chez eux, plusieurs personnes utilisent Internet pour obtenir des informations sur les médicaments.

Selon M. Chagnon, une proportion importante de patients n’est pas en mesure de juger de la fiabilité des renseignements trouvés sur Internet, et encore moins de l’applicabilité à leur situation. De plus, peu de professionnels de la santé sont présents sur la toile. Selon une étude présentée, jusqu’à 40% des questions adressées à Internet concernent les médicaments. Pour répondre à ce besoin et pour faire valoir l’expertise des pharmaciens, M. Chagnon a décidé de mettre sur pied un site Internet : questionpourunpharmacien.com.


Le site Questionpourunpharmacien.com a pour mission et objectifs :


Rendre l’expertise des pharmaciens accessibles aux patients sur Internet : pour protéger le public de la désinformation en santé sur Internet et assurer la place du pharmacien dans la prise en charge des patients.


Quelques difficultés mentionnées relativement à la mise en place d’un tel outil :

  • Trouver un outil qui assure à la fois la confidentialité des patients sans compromettre la diffusion des questions répondues
  • Nécessiter un investissement important en temps et en argent
  • S’assurer de répondre à toutes les questions, sans savoir combien il y en aura
  • Comment gérer les demandes qui viennent d’autres pays ou d’autres provinces canadiennes?
  • Trouver des ressources financières pour soutenir le projet à long terme
  • Garder le site facile d’utilisation pour favoriser l’implication d’un grand nombre de pharmaciens

Avantages associés à ce type d’outil:

  • Le fait que l’outil soit asynchrone : donne du temps au pharmacien pour répondre à la question lorsqu’il est disponible. Permet de mettre de l’avant certains pharmaciens ayant développé une expertise dans des domaines particuliers, ou de laisser à un collègue une question avec laquelle la personne n’est pas familière.
  • Création d’un algorithme de proximité : qui rapproche les pharmaciens de clients potentiels en assurant que la question d’un patient soit seulement envoyée à des pharmaciens travaillant à proximité.
  • Donne accès aux patients à plusieurs informations diffusées au moyen de réponses anonymisées présentées sur le site.

Conclusion :

Selon les observations de M. Chagnon, les professionnels de la santé seront beaucoup plus présents sur Internet durant les prochaines années et il espère que les pharmaciens profiteront de cet espace pour faire valoir leur expertise en téléconseils auprès des patients.


Les échanges ont porté sur les points suivants :

Quels avantages tirent les pharmaciens à l’investissement en temps dans une initiative comme celle de Questionpourunpharmacien.com ?

Aucune rémunération n’est offerte pour la participation des pharmaciens à cette initiative. M. Chagnon considère qu’il est impossible de rémunérer les pharmaciens pour leur implication compte tenu du fait que les conseils reçus de la part des pharmaciens en pharmacie sont offerts gratuitement. Les pharmaciens le font vraiment pour la cause, selon M. Chagnon, c'est-à-dire pour l’amélioration de la santé des patients et pour fournir une information crédible aux patients afin d’éviter qu’ils recourent à des informations risquant de nuire à leur santé. Les pharmaciens peuvent y voir aussi d’autres avantages, servir des patients qui se trouvent sur leur territoire (grâce à l’algorithme de proximité), se faire connaître des patients de leur quartier, faire valoir son expertise en tant que pharmacien en général ou sur une thématique particulière en répondant à certaines questions plus pointues.

Par ailleurs, M. Chagnon souhaite que les conseils offerts en pharmacie soient rémunérés et une fois que ce serait le cas, il y aurait des coûts liés à la demande de conseils en ligne, comme c’est les cas avec d’autres outils de ce type déjà offerts ailleurs. Toutefois, la recherche d’information parmi les conseils présentés sur le site et anonymisés demeurerait gratuite.

Y a-t-il un profil type de personnes qui posent des questions sur le site et quels thèmes sont principalement abordés ?

Des gens de tous âges posent des questions sur la plateforme (plus de 14 ans). Les thèmes abordés sur le site sont variés, il y a toutefois certains thèmes qui sont plus présents : beaucoup autour de l’oncologie, la sexualité et la périnatalité. Parfois, les pharmaciens discutent également de mesures non pharmacologiques, par exemple : comment réduire les risques de refaire une pierre au rein.

Quelle est votre relation avec l’Ordre des pharmaciens du Québec ?

L’Ordre des pharmaciens, qui a été approché dès le début du projet, a d’abord veillé à s’assurer du respect du Code déontologique de la profession. M. Chagnon dit se sentir épaulé par l’Ordre pour obtenir des opinions sur l’outil développé.

 


Voir l’article du Devoir publié à propo de cet événement.

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.


 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*