Accueil » Événements » Évènements passés » 2016-2017 » Compte rendu de séminaire – Silence ! On cuisine : réalisation de capsules vidéo sur l’alimentation au secondaire – 16 février 2017  

Compte rendu de séminaire – Silence ! On cuisine : réalisation de capsules vidéo sur l’alimentation au secondaire – 16 février 2017  

Résumé

silence-on-cuisine

Au Québec, on assiste depuis une quinzaine d’années au déploiement d’interventions ciblant les jeunes en milieu scolaire et visant la sensibilisation à la saine alimentation, l’adoption de bonnes pratiques alimentaires et le développement de savoir-faire culinaires au quotidien. Ces interventions intègrent des séances d’éveil au goût, des ateliers de préparation d’aliments sains, de l’éducation aux médias, etc. Les interventions ciblant les adolescents sont par contre peu nombreuses et rares sont celles qui sont intégrées dans le programme scolaire.

Cette communication présente les résultats d’une recherche portant sur un projet pédagogique développé par V. Ouellet, enseignant à l’École Mont-Royal et visant à promouvoir la saine alimentation. Dans le cadre de ce projet mené dans le cadre d’un cours de sciences de secondaire 3 (adolescents de 14-15 ans), les élèves réalisent une capsule vidéo sur la préparation d'un plat facile à cuisiner et intégrant des aliments sains et une autre sur l’analyse de l’étiquette des valeurs nutritives d’aliments contenant du sucre. Ces vidéos sont réalisées en équipe, visionnées et discutées en classe et partagées sur les réseaux sociaux (YouTube et Facebook).

Afin de cerner l'expérience des élèves et d’évaluer leurs apprentissages nous avons réalisé des groupes focus avec 17 jeunes et une enquête par questionnaires auprès de 122 élèves. Les analyses mettent en évidence une forte motivation et satisfaction des élèves à l’égard du projet. Les jeunes identifient plusieurs effets d’apprentissage, en termes de compétences relatives à la production vidéo, de compétences culinaires et d’intérêt accru pour la préparation de mets simples, intégrant des aliments sains. Ces apprentissages se construisent dans l’articulation des trois sphères : école-famille-groupes d’amis. 

Conférenciers 

silence-on-cuisineChristine Thoër, Professeure, Département de communication sociale et publique, UQAM, chercheure à ComSanté; Monique Caron-Bouchard,  Professeure au Collège Brébeuf, chercheure à ComSanté;  Vincent Ouellet, Enseignant, École Mont-Royal  et Rym Benzaza, étudiante à la maîtrise en communication, Faculté de communication, UQAM, assistante de recherche à ComSanté.

Horaire : 12 h 30 à 13 h 45 (apportez votre lunch)
Date : jeudi 16 février 2017
Lieu : UQAM,
 400, rue Sainte-Catherine Est, Pavillon Hubert-Aquin, local A-1715

Quelques résultats

L’enquête révèle qu’une majorité des jeunes apprécie le projet mais montre que certains projets vidéo ont suscité plus d’intérêt : la vidéo sur la préparation d’un smoothie (96% très ou moyennement intéressés), la vidéo sur la préparation d’une recette (91,5 % très ou moyennement intéressés) ; alors que la vidéo portant sur la comparaison des sucres dans différents aliments a moins mobilisé les jeunes (très ou moyennement 53,4%).

Dans le cadre de ces projets, les jeunes ont trouvé motivant l’approche pédagogique par la vidéo, la réalisation d’un travail en équipe et entre amis, la place accordée à la créativité et la grande autonomie qui leur était accordée dans le projet. Ils ont également apprécié l’opportunité qu’offraient ces projets de participer au cours de sciences et de se distinguer par leur créativité à l’école. Les élèves affirment également avoir découvert de nouveaux aliments et appris à les combiner, et pu au travers de la production des vidéos, intégrer la matière vue en classe.

 

Le projet permet enfin de renforcer les liens entre les élèves grâce au travail en équipe de longue durée (1 année) : le plus grand plaisir des élèves étant d’avoir cuisiné et mangé entre amis. Il favorise aussi le lien famille-école, par exemple lorsque les élèves doivent choisir la recette qu’ils vont filmer et faire l’achat des aliments qui la composent.

 

Quelques éléments des échanges suivant la présentation

Il serait intéressant d’aller au-delà de la nutrition et de s’intéresser aux expériences sensorielles des jeunes en les amenant par exemple, à évoquer leurs expériences culinaires ou les souvenirs liés aux odeurs de certains mets. Partir des aliments pour parler de sa famille, de sa culture et de son identité est en effet un bon moyen de favoriser la découverte de soi et des autres et de renforcer le lien social.

Les difficultés concernant la production de la vidéo sur les concentrations en sucre sont peut-être liées au fait que le sujet est très controversé et que les jeunes se retrouvaient en conflit sociocognitif : ils aiment manger des choses sucrées mais devaient dans le cadre du projet souligner les méfaits du sucre.

Un des intérêts de l’expérience est qu’elle permet un chassé-croisé culturel. Les jeunes partagent à l’école des plats, des traditions culinaires de leur pays d’origine qu’ils font découvrir à leurs camarades de classe et font goûter à leur famille une fois à la maison, des recettes découvertes à l’école.

Bref, des initiatives à poursuivre, mais qui demandent beaucoup d’implication des professeurs car les milieux scolaires sont encore des espaces contraignants pour développer de tels projets.

 

 

Silence on cuisine ! Partie 1/2 

 

Silence on cuisine! Partie 2/2

 

Site du cours Local 211 

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*